AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les profiteurs du cinéma français

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corwin
Chaman
Chaman
avatar

Masculin Messages: : 13830
Age : 1005
Lieu : En forêt d'Yveline
Inscrit le : 09/01/2006

MessageSujet: Les profiteurs du cinéma français   Mar 16 Avr - 21:03

Les profiteurs du cinéma français
Source : Capital 05/04/2013


Notre cinéma ruisselle d’argent public. Du coup, à condition d’avoir des relations, tout le monde peut faire des films, mêmes les mauvais !
Emmanuelle Béart est une tête d’affiche épatante. Quand elle défile avec les sans-papiers, les clandestins s’empressent autour d’elle. Quand elle se fait refaire les lèvres, les journalistes s’empressent autour d’elle. Quand elle tient le premier rôle dans un film, le Tout-Paris s’empresse autour d’elle. Et quand elle réclame de l’argent… les financeurs se battent pour lui en donner. Selon nos informations, l’Etat, le Centre national du cinéma (CNC) et les collectivités locales ont accordé en moyenne 559 745 euros de subventions publiques à chacun de ses trois derniers longs-métrages. En définitive, les seuls à manquer à l’appel dans cette belle histoire, ce sont les spectateurs. Pour ces trois mêmes opus, la star n’en a attiré en moyenne que 28 639, à peine plus qu’une fête de patronage. Le calcul est vite fait : chaque fois qu’un amateur a payé ses 10 euros d’entrée en salle, les contribuables en ont déboursé 19,54. Mais eux n’ont pas eu le droit de voir le film…
On savait qu’entre le cinéma et l’argent se jouait depuis toujours une drôle de comédie. Pendant que la profession s’invectivait sur le salaire des acteurs – en les accusant de s’en mettre bien trop dans les poches - le producteur Vincent Maraval a mis tout le milieu en émoi, nous nous sommes procuré les plans de financement d’une centaine de longs-métrages auprès du Registre public du cinéma et de l’audiovisuel, et nous les avons regardés à la loupe. Conclusion : notre système de subventions, prétendument vanté comme très efficace par les bons esprits du milieu, ne répond en réalité à aucune logique économique.

Non seulement les financements publics atteignent des montants colossaux (plus de 500 millions d’euros par an sans doute, en incluant la part des intermittents du spectacle), non seulement ils soutiennent à bout de bras des films que personne ne voit (44 longs-métrages ont attiré l’an dernier moins de 5 000 spectateurs), mais ils ont tendance à tomber toujours dans les mêmes poches. Et ce ne sont pas forcément celles qui le méritent le plus. Les films de Jacques Doillon sont sans doute bien plus intellos que ceux de Jean-Jacques Annaud. Mais cela justifie-t-il que les pouvoirs publics accordent 35,94 euros par spectateur aux premiers et zéro aux seconds ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lecampement.net
Caradog
Ancien
 Ancien
avatar

Masculin Messages: : 6076
Age : 1054
Lieu : près du feu
Inscrit le : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Les profiteurs du cinéma français   Mar 16 Avr - 23:12

Le financement public de la culture en général est scandaleux en France.

Il faudrait tout revoir de A à Z, et que le seul critère qui permette d'aider ou non un film soit le succès qu'il est susceptible d'avoir auprès du public.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les profiteurs du cinéma français
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Metropolis à la cinémathèque française
» Les profiteurs du cinéma français
» Les films Disney Channel au cinéma pour 2008/2009
» Emmanuel Mouret, un cinéaste français.
» Jacques Audiard, un cinéaste français à part

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Campement :: DETENTE :: L'AUBERGE :: Fil à Flood-
Sauter vers: